Cette année encore, beaucoup de mouvements ont eu lieu du côté de l’Olympique de Marseille durant l’intersaison. Une stratégie qui ne fait pas forcément l’unanimité.

Crédits photo : IconSport

Pablo Longoria, OM Marseille

Depuis son arrivée en tant que directeur sportif, puis comme président, Pablo Longoria prône un renouvellement constant de l’effectif chaque été. “Une rotation de 40 à 50% de l’effectif, c’est ma vision“, avait-il même déclaré lors de la conférence de presse de fin de saison. Une stratégie une nouvelle fois mise en pratique durant ce mercato, puisque lors du premier match officiel face au Panathinaïkos, pas moins de cinq recrues étaient alignées par Marcelino.

Un manque de stabilité pointé du doigt par Fred Antonetti, dans le Canal Football Club. L’ancien entraîneur de RC Strasbourg estime qu’un Club ne peut pas se construire avec une telle façon de fonctionner : “Le haut niveau, c’est la continué et stabilité, explique le technicien français. Comme le Bayern ou Manchester City par exemple. Tu ne changes pas une équipe chaque année. Ces arrivées et départs tout le temps, ça me gêne.

Antonetti pointe du doigt le changement de Coach

Pour le désormais consultant, tous ces changements expliquent la piètre performance des Olympiens en Grèce : “On passe d’un jeu avec un pressing constant, à un autre où on est plus tranquille et où on construit. C’est difficile de passer d’un système à un autre pour les joueurs. Tu ne donnes pas assez de temps, il faut travailler. En soi, ils ne sont pas prêts. Physiquement, cette équipe n’est pas prête. Elle est en rodage, ce n’est pas totalement huilé. Je ne comprends pas. Le Panathinaikos, c’est quand même censé être un rendez-vous majeur, et tu dois te préparer.

Ce mardi, les hommes de Marcelino devront inverser la tendance devant leur public pour rejoindre les barrages de la Ligue des Champions. En cas de qualification, il pourrait retrouver le SC Braga.